Pour une écologie de l'histoire et de la mémoire

Le terme d'écologie désigne ici les relations qu'entretiennent les individus entre eux ainsi qu'avec leur environnement. Le travail de Rue de la Mémoire vise à incrire ces relations dans une temporalité. Dans ce cadre, l'histoire et la mémoire ne figent pas l'individu dans une série d'appartenances sociales ou culturelles. Au contraire, elles l'émancipent en faisant de son identité un processus dynamique, une perpétuelle invention de soi à laquelle contribuent chaque découverte et chaque rencontre.  
 /


Le Mur des Noms, au Mémorial de la Shoah, à Paris.

Rue de la Mémoire s'engage pour la paix en questionnant l'histoire de la violence. Son action ont pour objectif de favoriser :
  • l'apprentissage interculturel et la mise en dialogue des mémoires, à travers des projets portant sur la Première et la Deuxième Guerres mondiales, mais aussi sur les autres conflits des deux derniers siècles ;
  • la lutte contre le racisme et l'antisémitisme à travers des projets portant sur les génocides (de l'Arménie au Rwanda) et sur toutes les formes de ségrégation ou de discrimination.
Rue de la Mémoire s'engage pour la démocratie en invitant les citoyen·ne·s :
  • à exercer leur esprit critique afin de participer activement au débat public en évitant les pièges des discours populistes et les théories complotistes ;
  • à expérimenter à l'échelle locale des modes d'organisation et de gouvernance fondés sur la coopération.
//



Les neurosciences ont démontré les liens qui existent entre le rappel des souvenirs et l'élaboration des projets.
///
Rue de la Mémoire s'engage pour l'écologie (cette fois au sens de la défense de l'environnement), en mettant en avant la notion de durabilité.

Quand on prend en compte le long terme afin de promouvoir des modèles socio-économiques durables, il est important de se projeter dans l'avenir, mais aussi  d'analyser  le passé comme le propose l'histoire environnementale. Dans une perspective  internationale, il est également intéressant d'étudier comment la culture détermine le regard porté sur la nature.